Autour du hadith faible " da'if "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autour du hadith faible " da'if "

Message par NOURA le Jeu 27 Nov - 14:40

Assalaamou 3alaykoum

Je copie le cours sur le hadith "faible" que j'avais entamé sur islamie
3, inchaAllah je continuerais ce cours dés que possible .



Pour avoir les idées un peu plus claires sur ce qu'est un hadith faible
: voici une petite description qui se veut accessible aux débutants
dans les sciences du hadith:

Définition du hadith :

Le hadith correspond à une parole ou un acte du prophète saws.


Rappel sur la structure d’un hadith :

Chou’eba rapporte d’après Salma ben Kouhayl ,d’après Hajar , d’après
‘alqama, d’aprés son père que le prophète saws disait doucement Amin
après la fatiha. ( pour information ce hadith est faible )

- Ce qui est en gras, est ce qu’on appelle la chaîne de narration. Isnaad
- On dit que Salma est le cheik (professeur) de Chou’eba, et que
Chou’eba est l’élève de Salma . (pareil pour les autres rapporteurs),
le cheik est celui qui transmet le hadith à son élève.
- Ce qui n’est pas en gras est ce qu’on appelle le texte du hadith Matn


Le hadith faible : Daïf

Le hadith faible daïf est le hadith qui ne regroupe pas les conditions suivantes, qui lui permettent d’être accepté :
1- chaîne de narration liée (Tout rapporteur de la chaîne de narration a entendu le hadith de son cheik)
2- Tout rapporteur dans la chaîne de narration est connu pour
son honnêteté et son comportement conforme aux règles islamiques de
base. ‘adaala
3- Tout rapporteur de la chaîne de narration est connu pour sa maîtrise des ahadiths qu’il transmet. Dhabt.
4- Absence de contradiction vis à vis d’ahadiths plus authentiques.
5- Ne contient aucun défaut caché ( ce genre de défaut n’est décelé que par l’élite des savants de cette science ). 'illa

Si le hadith ne satisfait pas à l’une de ces 5 conditions, il est considéré faible.
Plus le nombre de conditions non satisfaites est grand, plus le hadith est faible.
Parfois la non satisfaction d’une seule condition peut être telle que cela rend le hadith très faible.
Avant de considérer un hadith faible, il faut chercher s’il n’existe
pas un autre hadith acceptable, qui a le même sens et qui a été
rapporté par d’autres transmetteurs.

Sans entrer dans les détails de ces 5 conditions, je vais donner quelques exemples pratiques :

Exemples de chaînes de narration faibles :

- Quand un rapporteur X rapporte le hadith d’un autre rapporteur Y
qu’il n’a pas pu rencontré ( par exemple quand l’un est mort, l’autre
n’était pas encore né ), on peut dire que la chaîne de narration de ce
hadith ne satisfait pas la première condition et n’est donc pas liée.
- Quand la chaîne de narration contient un rapporteur qui ment par
exemple pour favoriser son école de pensée ou sa secte ( madhab
,chiisme … ) . ( condition 2 )
- Quand la chaîne de narration contient un rapporteur honnête, mais qui
a perdu la mémoire à cause de son âge avancé et du coup s’est mis à
rapporter des hadiths remplis d’erreurs. ( condition 3 )
- Chou’eba rapporte d’après Salma ben Kouhayl ,d’après Hajar , d’après
‘alqama, d’aprés son père que le prophète saws disait doucement Amin
après la fatiha. ( hadith faible )
Ce hadith contredit plusieurs autres ahadiths authentiques qui
affirment que le prophète saws disait plutôt assez longuement Amiiiin.
( condition 4 )

Recopier


























NOURA

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 28/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autour du hadith faible " da'if "

Message par NOURA le Jeu 27 Nov - 14:42

On va développer la première condition que doit vérifier un hadith pour être authentique.

Je rappelle tout d'abord cette première condition :

La chaîne de narration doit être liée (Tout rapporteur de la chaîne de narration a entendu le hadith de son cheikh)

ensuite un peu de vocabulaire ( 3 mots en gros à retenir ):

La coupure de la chaîne de narration peut se situer soit au début de la chaîne, soit au milieu soit à la fin.
a- quand cette coupure se situe à la fin de la chaîne on parle de hadith « Moursal »
b- quand cette coupure se situe au milieu de la chaîne on parle de hadith « Mounqati’e »
c- quand cette coupure se situe au début de la chaîne on parle de hadith « Mou’alaq »

A - Le hadith Moursal :

Le hadith moursal est donc un hadith dont la chaîne de narration
présente une interruption à la fin, ce qui revient en fait à l’absence
du compagnon dans la chaîne. Je donne un exemple :
Abd a-razzaq rapporte selon Ibn jarij selon ‘Ataae que le prophète saws disait assalaamou ‘alaykoum quand il montait sur le minbar.
Ataa’e ( ibn rabah ) est un grand successeur, il a écouté les hadiths
de plusieurs compagnons, mais n’a pas rencontré le prophète saws, donc
tout ce qu’il rapporte directement du prophète est ce qu’on appelle «
Moursal » car il ne l’a pas entendu du prophète saws.
Le hadith chez la majorité de ahl al-hadith n’est pas une preuve « houjja » , on ne peut l’utiliser comme argument.
L’imam Moslim a dit dans l’introduction de son sahih 1/30 : le hadith
Moursal selon les gens de science et moi même ne constitue pas une
preuve.

B- Le hadith Mounqati’e :

Le hadith mounqati’e est donc le hadith dont la chaîne de narration
présente une interruption mais ni au début ni au milieu . Notez bien
que cette coupure peut être à 2 ou plusieurs endroits différents, mais
elle ne doit se situer ni en début ni à la fin de la chaine. Et s’il y
a plusieurs coupures elles ne doivent pas être consécutives ( car quand
il y a saut de 2 rapporteurs consécutivement on parle de hadith
mou’adal type de hadith très faible)

Exemple :
Ce qu’a rapporté l’imam A-Nissaii dans ses sunan 3/248 :
Moussa rapporte d’après Abd allah d’après al-hassan que le prophète sws lui a appris le doua du qounout .
Cette chaîne de narration est mounaqati’a, Ibn hajar a dit dans a-talkhis 1/264 :
‘Abd Allah ibn ‘ali n’a pas pu rencontré al-hassan ibn ‘ali .
Donc cette chaîne est interrompue.

C- Le hadith Mou’alaq :

Le hadith Mou’alaq est donc le hadith dont la chaîne de narration
présente une ou plusieurs interruptions en son début . Cela signifie
que celui qui a rédigé l’ouvrage ( exemple Boukhari ou Moslim ) qui a
enlevé les narrateurs.

Exemple :

L’imam al-Boukhari dans son sahih a écrit :
Malik a rapporté que Zayd l’a informé que ‘Ataae l’a informé que abi
sa’id l’a informé que le prophète saws a dit : si le serviteur entre
dans l’islam est agit bien, il se verra pardonné stous ses péchés…
Dans cette chaine de narration Il y a une interruption entre
al-Boukhari et l’imam Malik, al-Boukhari a tout simplement enlevé de
cette chaine son propre cheik ( professeur ), mais rassurez vous Tout
ce qui se trouve dans sahih al-Boukhari est authentique, l’imam
al-Boukhari faisait ça soit pour alléger, soit parce que le hadith en
question a déjà été rapporté selon une autre chaîne de narration
authentique ou d’autres raisons.
Al-hafed Ibn hajar a d’ailleurs écrit un ouvrage qui s’appelle «
taghliq a-ta’eliq » dans lequel il a montrés que tous les hadiths qui
sont mou’alaqa dans sahih al-boukhari sont authentiques. Mais on ne pas
entrer dans les détails ce n’est pas l’objectif de ce cours .

Si vous n’arrivez pas à comprendre certaines choses n’hésitez pas à
poser des questions . Si je sais je vous répondrais InchaAllah.



























NOURA

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 28/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum